APS logo
APS asbl

Association des Praticiens du Souffle

Les praticiensContactRetour à la page d'accueil
petitlogoAPS Psychothérapie par le Souffle

Du premier au dernier souffle la respiration manifeste notre présence au monde.

Le souffle est le témoin de ce qui fait ... ce que nous sommes : événements heureux, troublants, douloureux, déstabilisants, traumatisants, conscients ou inconscients ...
L'interroger est libérant.

Face à l'angoisse ou à la souffrance nous avons tendance à réduire, voire bloquer notre respiration, nous couper de nous-mêmes et des autres. Pourtant nous pouvons expérimenter qu'une respiration amplifiée et approfondie nous permet, en stimulant notre mémoire corporelle, de prendre conscience des émotions refoulées et des tensions qui freinent, parfois douloureusement, notre élan vital. Le souffle ainsi retrouvé nous amène progressivement à nous libérer de ce qui fait obstacle aujourd'hui à notre bien-être, à notre créativité ou à nos projets de vie.

Une séance de cette thérapie psycho-corporelle particulière est un espace-temps privilégié où l'on donne la parole au corps par l'intermédiaire d'un travail sur le souffle. Le corps ne " sait " pas, il " connaît ". Le corps s'exprime avec son langage propre (douleurs, tensions, maux divers ou au contraire plaisir, détente, bien-être ...) mais la plupart du temps, trop focalisés sur notre mental, nous ne l'écoutons pas. Le " souffle amplifié " amplifie les messages du corps. Cette dynamique du souffle agit par le " lâcher-prise " aux trois niveaux de notre être : le corps (revitalisation de l'organisme), la psyché

(libération d'affects, de blocages, accés à une pensée claire, pacification intérieure) et l'esprit (expansion de la conscience / dimensions transpersonnelles).

Qui consulte ?

Des personnes en état de mal-être, avec ou sans raison apparente. D'autres parlent souvent de somatisations, d'états dépressifs, de problèmes relationnels (famille, travail et autres contextes). D'autres encore vivent douloureusement un divorce, un licenciement, un accident, un avortement ...

Ou bien tout simplement elles évoquent un besoin de parler à quelqu'un et d'être écoutées sans jugement ni interprétation. Juste pour faire le point, marquer une pause, prendre un peu de recul et ... " souffler ". Le travail du souffle en lui-même est en effet un outil extraordinaire que l'on peut utiliser en cas de stress, d'événements déstabilisants, de choix important à faire ou de besoin urgent de recontacter ses ressources intérieures.

Il est cependant fortement conseillé de suivre 10 à 15 séances en étant accompagné par un praticien confirmé avant de pratiquer seul cette technique.

On rencontre également des personnes qui sont en psychanalyse ou en psychothérapie uniquement verbale et qui trouvent grand intérêt à compléter leur cure par un travail psycho-corporel à l'aide de la respiration amplifiée et consciente.

Durée de la cure

Cette psychothérapie par le souffle fait partie des thérapies dites brèves. Effectivement, certaines problématiques peuvent être résolues en quelques séances. D'autres personnes dont la relation à eux-mêmes et aux autres nécessite un changement important auront besoin d'un travail plus approfondi notamment par la mise en jeu de leur propre relation au psychothérapeute. Ce travail demande un peu plus de temps. Chaque cas dépend du niveau de souffrance vécu par la personne ou de sa motivation à évoluer vers plus de conscience, d'autonomie ou de plaisir d'être.

Une séance de Psychothérapie par le Souffle (environ 90 minutes)

La séance débute par une période d'environ 20 minutes pour faire le point sur ce qui préoccupe la personne aujourd'hui, sur ce qui a été vécu depuis la séance précédente ou sur des rêves particuliers qu'elle a pu vivre.

Pour une première séance ce temps de parole est plus long car il est nécessaire pour le thérapeute d'avoir quelques repères sur la vie, la problématique et la demande du client.

Ensuite 30 à 40 minutes d'exploration consciente des rythmes respiratoires : la personne est invitée à se coucher sur un matelas au sol. Puis à prendre conscience de son corps, à se détendre et à entrer en contact avec sa respiration telle qu'elle se présente à cet instant.

Le thérapeute lui propose alors d'amplifier progressivement la respiration en mettant l'accent sur l'inspir, l'expir se faisant naturellement sans effort. Tout au long des séances elle pourra expérimenter tantôt l'hyperventilation, tantôt l'hypoventilation, selon son désir ou son vécu.

La personne est informée que parfois, durant le processus, elle peut ressentir des fourmillements, des contractures, des engourdissements, voire de légères tétanies. Celles-ci s'estompent et disparaissent dans le souffle amplifié et/ou lorsque la respiration redevient naturellesauvage
Ces sensations sont un résultat physiologique naturel que chacun vit et interprète différemment en fonction de son histoire personnelle. En tout cas ce sont des signaux que le corps émet d'un travail intérieur en cours.
chutePar ailleurs, pendant les séances, toutes sortes d'images ou de souvenirs (réels ou imaginaires mais en tout cas porteurs de sens) peuvent survenir. Y compris pour certains des visions ou sensations évoquant la période périnatale ou un revécu de la naissance proprement dite. Que ce " souvenir " soit historiquement vrai (il est parfois vérifié auprès de la mère) ou imaginé, il n'en reste pas moins intéressant dans la mesure où il peut représenter pour la personne un modèle expliquant tel ou tel comportement récurrent de sa vie.
Des envies de rire ou de pleurer, des mouvements spontanés du corps, des émotions (tristesse, joie, colère, peur) et autres sensations se manifestent aussi parfois. Sans interprétation personnelle le thérapeute encourage la personne à accueillir avec gratitude toutes ces manifestations quelles qu'elles soient. Elles sont occasions de prises de conscience, d'exploration et de transformation. Et de continuer à respirer dans ces manifestations pour les vivre, ou les revivre et, grâce au souffle, les traverser pour en dissoudre les tensions et blocages psycho-corporels et énergétiques.

Souvent, après ces moments de "passage", les personnes rapportent qu'elles ressentent un bien-être particulier, un sentiment de confiance, de plénitude, une sensation de légèreté ... Le corps retrouvé leur apparaît réunifié, revitalisé ... en accord avec un esprit apaisé.calme
La pratique du souffle au centre de cette thérapie est aussi un apprentissage au "lâcher-prise". Un chemin de confiance en soi et en la vie que l'on peut acquérir en s'allégeant d'un "trop vouloir" aussi tendu que stérile.

Revenant à une respiration naturelle, la personne prend un petit temps pour émerger de son expérience et partager ensuite avec le thérapeute ce qu'elle vient de vivre.
C'est par cette verbalisation indispensable qu'elle pourra intégrer son vécu, trouver et structurer des pistes de libération et d'évolution personnelle. Et lorsque les mots manquent, sont proposés le dessin, la peinture, les collages, l'expression corporelle ou tout autre moyen pouvant servir de médiateur pré-verbal.

plat


Bénéfices résultant de la Psychothérapie par le Souffle
tels que décrits par des personnes ayant suivi un processus

  • réveil des sensations du corps (vitalité et joie de vivre)
  • sensation à la fois de force et de paix intérieure
  • meilleure affirmation de soi et capacité à gérer les conflits en douceur
  • disponibilité et ouverture à la vie dans le " lâcher-prise "
  • sentiment d'unification, épanouissement de sa sexualité
  • conscience nouvelle de ses ressources profondes
  • confiance en ses rythmes intérieurs face aux difficultés
  • manière plus sereine et plus distanciée de confronter douleurs, souffrances et blessures physiques ou morales, actuelles ou anciennes, grâce à la respiration consciente
  • développement de sa créativité et de son autonomie dans l'action
  • sentiment de plus grande reliance aux autres et au monde
  • ouverture aux dimensions transpersonnelles

...
haut de page
© Association des Praticiens du Souffle asbl
Valide HTML 4.01